Aller au contenu
Problèmes de logement

«C'est la maison des fous lorsqu'un promoteur s'adresse à la Ville de Montréal»

«C'est la maison des fous lorsqu'un promoteur s'adresse à la Ville de Montréal»
La commission Normandeau-Ferrandez / Cogeco Média

Les promoteurs préfèrent payer une pénalité plutôt que de construire des logements sociaux à Montréal. Êtes-vous surpris?

Radio-Canada nous apprend que deux ans après l’adoption d’un règlement municipal obligeant les promoteurs à inclure du logement social et abordable dans leurs lotissements, ces derniers préfèrent payer une pénalité plutôt que de s'acquitter de cette obligation.

Une compilation de données effectuée par Ensemble Montréal et examinée par CBC News révèle que depuis l’adoption du règlement, le 1er avril 2021, des promoteurs ont mené à bien 150 nouveaux projets immobiliers à Montréal, pour un total de 7100 logements. Toutefois, aucune de ces habitations n'entre dans les catégories de logement social ou abordable.


Les commissaires Nathalie Normandeau et Luc Ferrandez se demandent quelle raison justifie ce choix, à l'émission de Paul Arcand, mercredi matin.


«Oui, je suis surpris parce que je ne m'attendais jamais à ce que les chiffres soient si bas. Je suis tombé en bas de ma chaise. Et en même temps, non. Ça coûtait tellement pas cher pour un promoteur de se sortir de ça que c'est une porte de sortie automatique. Mais, je n'en reviens pas!»

«C'est la maison des fous lorsqu'un promoteur s'adresse à la Ville de Montréal. La mairesse, mardi, a fait une admission par rapport à la lourdeur réglementaire qui existe à la Ville pour ce qui est de la construction.»

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Luc Ferrandez

Les hommes et les femmes ne consomment pas la même pornographie
«C'est ce genre de revirement de situation qui rend la politique intéressante!»
«Les contribuables payent les frais de l'alcool au volant» -Monsef Derraji

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En direct
En ondes jusqu’à 18:30