Aller au contenu
Les hommes de ma mère, millionnaire au box-office

«Les gens redécouvrent le cinéma québécois» -Anik Jean

«Les gens redécouvrent le cinéma québécois» -Anik Jean
Une scène du film Les hommes de ma mère / Immina Films/Laurence GB

L'été québécois s'avère excellent au box-office.

Après Le temps d'un été qui a franchi le cap des deux millions de dollars, voilà que Les hommes de ma mère, d'Anik Jean, est lui aussi millionnaire, même s'il n'est en salle que depuis le 4 août.

La chroniqueuse Catherine Beauchamp joint - dans le bois - la réalisatrice qui commente ce succès et la situation générale du cinéma. S'attendait-elle à un tel succès?

«En fait, je l'espérais, mais je ne m'attendais pas à ce que ça soit aussi rapide. Je suis vraiment touchée par tout ça. C'est vraiment capoté! C'est de l'amour, de l'amour que je reçois. C'est fou.»

Pour ce qui est de l'été exceptionnel du cinéma québécois et du cinéma tout court (Barbie, Openheimer), la réalisatrice estime que la relance est véritablement complétée.

«Les gens sont au rendez-vous. Les gens consomment à nouveau du cinéma. La pandémie nous a tous frappés, et là, j'ai l'impression que les gens redécouvrent le cinéma, redécouvre le cinéma québécois.»

On écoute Anik Jean...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Catherine Beauchamp

«La complaisance des médias en pâmoison devant Coppola m'a fasciné»
Francis Ford Coppola: «C'est comme s'il n'avait jamais fait de film de sa vie»
«Le film le plus attendu est probablement la plus grande déception»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00