Aller au contenu
Repêchage du talent québécois

«Patrice Bergeron, on ne l'aurait pas manqué» -Serge Savard

«Patrice Bergeron, on ne l'aurait pas manqué» -Serge Savard
L'animateur Yanick Bouchard avec Serge Savard. / Cogeco Média/Paul Christian Bergeron

Présentation, mardi, de la quatrième édition de l'Invitation Serge Savard, un tournoi de golf caritatif qui permet d'amasser des fonds pour les étudiants de l'Université de Sherbrooke.

Pour l'occasion, l'animateur Yannick Bouchard et toute l'équipe de l'émisison Les amateurs de sports étaient sur place afin d'échanger avec les nombreuses célébrités présentes.

Serge Savard admet être «très fier» de cet événement qui devait amasser 2,5 millions $ en cinq ans, mais qui a majoré son objectif à 5 millions de dollars.

Le 30e anniversaire

L'événement lui a permis de revoir Larry Robinson, Rick Green, Murray Wilson et Pete Mahovlich, des coéquipiers des années 1970 avec les Canadiens de Montréal qu'il admet voir moins souvent, à 77 ans.

C'était aussi le moment de souligner la dernière conquête du Tricolore.

«Ce soir, on souligne le 30e anniversaire de la coupe Stanley à Montréal. S’il y en avait eu deux ou trois depuis ce temps, probablement qu’on ne soulignerait pas ça. Mais c’est non seulement la dernière à Montréal. C’est la dernière au Canada. C’est quand même assez incroyable…

«C’est malheureux d’attendre aussi longtemps. On parle de reconstruction. Je ne parle pas du Canadien, je parle de n’importe qu’elle équipe… On ne parle pas de 30 ans quand on parle de reconstruction. On parle de quatre, cinq ans pour reconstruire une équipe.»

Cela dit, les époques ont bien changé. Des cas comme ceux de Patrice Bergeron qui vient de prendre sa retraite des Bruins après avoir passé toute sa carrière à Boston seront bientôt chose du passé. Il note l'exemple de Jeff Petry.

«Petry est arrivé à Montréal à cause du plafond salarial et on l’a échangé à cause du plafond salarial. Il est revenu dix jours à Montréal. Il vient de repartir. C’est une marchandise aujourd’hui.»

La cuvée 2023-2024

Serge Savard croit que la prochaine édition des Canadiens sera supérieure à la précédente.

«On a de bons jeunes qui ont des chances de devenir des vedettes dans la Ligue nationale. Mais la chose la plus importante, c’est apprendre à jouer en équipe.»

Il cite en exemple les Oilers d'Edmonton et les Maple Leafs de Toronto, pressentis pour tout rafler depuis quelques années, mais qui attendent encore.

Le talent local

Serge Savard a misé beaucoup sur les joueurs issus du Québec durant ces années en qualité de directeur général des Canadiens.

«Le repêchage, c'est primordial. Si tu manques ton coup là-dedans, tu es obligé de recommencer. J’ai misé beaucoup sur le talent local. Je trouvais que c’était un gros avantage. À mon départ avec le Canadien. On a un peu mis ça de côté.

«J'avais quatre dépisteurs à temps plein dans la LHJMQ. Après mon départ, on est tombé à un. Des gars comme Bergeron, qui passent en deuxième ou troisième ronde, ça n'aurait pas passé dans notre temps, dans notre système. C'était impossible. On ne l'aurait pas manqué. Je ne dis pas ça pour me vanter, mais on ne l'aurait pas manqué, tout simplement, un bon joueur comme ça.»

On écoute l'entrevue inégrale...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Yanick Bouchard

«Pour moi, c'est un moment historique» -Ann-Sophie Bettez
«Belle victoire d'équipe! Il n'y avait pas de passager ce soir» -Martin St-Louis
«J'ai aimé notre engagement et notre patience» -Martin St-Louis

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En direct
En ondes jusqu’à 10:00