nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Ça passe ou ça casse pour Michael McCarron

Ça passe ou ça casse pour Michael McCarron
Flash Québec

Michael McCarron

LAVAL - Michael McCarron amorce vendredi une saison cruciale pour le développement de sa carrière. Il le sait et il est le premier à l'admettre.

La direction du Canadien de Montréal espérait sans doute le voir s'imposer par sa présence physique, mais McCarron a plutôt joué de façon timide pendant le calendrier préparatoire. Du coup, il se prépare maintenant pour un troisième séjour dans la Ligue américaine, cette fois avec le Rocket de Laval.

Et bien qu'il a aimé ce qu'il a vu jusqu'à maintenant de son nouveau port d'attache, qu'il continue de découvrir après y avoir mis les pieds pour la première fois dimanche dernier, McCarron n'a aucunement envie d'y passer beaucoup de temps.

« J'en suis à la dernière année de mon contrat et je veux envoyer un message. Ça peut sembler égoïste, mais je ne veux pas passer la saison ici. Je veux forcer la direction de l'équipe à me rappeler et je veux évoluer dans la Ligue nationale de hockey. C'est là où je veux jouer, a-t-il déclaré avec mordant et conviction, après l'entraînement matinal en prévision du match d'ouverture du Rocket à la Place Bell, contre les Senators de Belleville.

« C'est une année importante pour moi, a-t-il renchéri. Je veux jouer avec autant de vigueur que j'en suis capable, de la façon dont j'en suis capable, ne pas laisser de doutes et les obliger à me rappeler. J'avais le pied dans le seuil de la porte (de la Ligue nationale). Maintenant, je veux y entrer et y demeurer. »

Mis au courant des propos de McCarron, le directeur général du Rocket, Larry Carrière, n'a pas paru étonné.

« Il a un bon sens du hockey, il est robuste, il a beaucoup à offrir. Surtout, il a une bonne attitude. Il veut apprendre, il écoute les entraîneurs. Lorsqu'il est arrivé ici dimanche dernier, il s'est présenté en disant 'OK, mettons-nous au travail' », a-t-il raconté.

McCarron s'est présenté au camp du Canadien, à la mi-septembre, avec de belles intentions et après un été, selon ses dires, où il s'est soumis à un entraînement rigoureux. Mais le voilà de retour sous les ordres de l'entraîneur-chef Sylvain Lefebvre, qui sait très bien ce que peut ressentir son jeune joueur.

« Ce qui n'est pas facile pour un entraîneur, c'est de gérer chaque individu, de la façon dont il se comporte, mais de la façon dont il réagit quand il est rétrogradé. Avec 'Big Mac', c'est déjà arrivé. Mais quand tu t'entraînes fort durant l'été, que tu ne penses qu'à une chose, soit de faire l'équipe, mentalement ça donne un coup. »

Lefebvre croit que McCarron sera mieux outillé pour progresser et atteindre ses objectifs, surtout après les moments difficiles qu'il a vécus la saison dernière avec les IceCaps de Saint-Jean, Terre-Neuve.

« L'an dernier, quand il est arrivé, il pensait que ça aillait être facile parce qu'il avait eu du succès lors de sa première saison. Il a un peu frappé un mur. Je pense que de ce côté-là, il a appris, estime Lefebvre.

« Il a une très bonne attitude, il travaille fort dans les entraînements, il ne fait pas la 'baboune', a également déclaré l'entraîneur-chef du Rocket. Il est prêt à jouer au hockey et il veut retourner à Montréal. C'est son but, et nous, en tant qu'entraîneurs, nous sommes là pour l'aider à retourner dans la Ligue nationale, comme avec tous les joueurs. »

Dimanche dernier, lors d'une rencontre préparatoire contre les mêmes Senators de Belleville, McCarron a pivoté un trio avec Chris Terry et Nikita Scherbak.

Si McCarron peut profiter de l'apport de ses deux coéquipiers pour produire à un rythme constant à l'attaque, Lefebvre veut surtout le voir réaliser toutes les tâches importantes qui sont demandées d'un joueur de centre.

« Il va jouer avec deux gars qui sont offensifs, mais je veux que 'Mac' soit responsable défensivement, dans sa zone. Il va prendre des mises en jeu, il va jouer en avantage numérique, devant le filet, et encore là, il faut un excellent travail de ce côté. Mais je veux qu'il joue comme il faut, sans tricher. Je veux le voir dans la bonne position, en appuyant les défenseurs en zone défensive, et ses ailiers dans certaines situations en zone offensive. Je veux qu'il prenne soin des détails et s'il prend soin des détails, son jeu va progresser et il aura plus de chances de se faire rappeler », estime Lefebvre.


Puisqu'il faut se lever

avec Paul Arcand

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.