nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars ic more vert 36px cloud download 95like 2 phone 2

Jean-François Lisée accueillerait PKP à bras ouverts 

Jean-François Lisée accueillerait PKP à bras ouverts 
PC

Le chef péquiste Jean-François Lisée est prêt à dérouler le tapis rouge pour Pierre Karl Péladeau et ne craint pas un putsch de sa part.

Il réagissait mardi ainsi aux déclarations de son prédécesseur, grand patron de Québecor, qui n'a pas écarté un retour à la tête du Parti québécois.

En point de presse à Trois-Rivières plus tard, M. Lisée a dit que la venue de PKP dans son équipe de candidats était souhaitable, en vue des élections générales d'octobre.

«La porte est grande ouverte», a-t-il dit dans le hall du quotidien Le Nouvelliste.

«Le chef et les militants seraient très heureux. (...) Pour moi, c'est souhaitable, ensuite, c'est à lui de voir.»

M. Lisée a dit avoir toutes sortes d'échanges avec le magnat de la presse et que l'un et l'autre s'envoient des signaux, mais a ajouté qu'il essaie de «ne pas lui mettre de pression». Lui trouver une circonscription ne serait «pas un problème», a précisé également le chef péquiste.

La sortie de Pierre Karl Péladeau intervient au moment où la formation souverainiste est au plus bas selon ce que suggèrent les derniers sondages, sous les 20 pour cent, tandis que la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral sont au coude-à-coude en cette année électorale.

M. Lisée a été élu chef du PQ au terme d'une course à la direction en octobre 2016, après la démission en mai de M. Péladeau pour des raisons familiales.

Un putsch?

Le chef péquiste a laissé entendre qu'il ne craignait pas qu'on le pousse vers la sortie pour réinstaller M. Péladeau à la tête de la formation.

Quand des journalistes lui ont dit que des élus péquistes souhaitaient ravoir M. Péladeau comme chef, M. Lisée a demandé: «Avez-vous des noms?»

Il a minimisé le risque de voir son autorité sapée et d'être supplanté par le baron de la presse.

«Il n'y a pas un chef du Parti québécois qui ne souhaite pas s'entourer de personnes fortes. Moi, je ne serai pas là pour trois mandats.» 

PKP, le retour du Jedi? | Et, le Canada est de retour!

il y a 7 mois

En direct de 18:00 à 00:00
1603
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.