nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Plusieurs jeunes siégeront à la place des élus à l'Assemblée nationale

Plusieurs jeunes siégeront à la place des élus à l'Assemblée nationale
Photo: Wikipedia

De futurs députés au sein du Parlement étudiant du Québec ? Chronique politique de Jean-Pierre Charbonneau, ancien politicien à l'Assemblée nationale.

il y a 15 jours

Plus de 140 jeunes issus des quatre coins du Québec siégeront à la place des élus dans l'enceinte de l'Assemblée nationale dès mardi soir, à l'occasion du 32e Parlement étudiant du Québec (PEQ).

C’est une sorte de saison de simulation parlementaire. Les défis que les participants relèvent sont nombreux. Le Parlement étudiant, qui entreprend aujourd’hui ses travaux, fonctionne exactement comme l’Assemblée nationale.»

Les caucus des « bleus » et des « rouges » présenteront six projets de loi, deux budgets et deux projets de livre, qui porteront notamment sur l'intégration citoyenne, l'éducation supérieure et la justice sociale. Les deux caucus formeront tour à tour le gouvernement et l'opposition officielle.

Les jeunes, âgés entre 18 et 25 ans, devront prononcer des discours dans le Salon bleu, défendre leurs projets de loi en commission parlementaire ou encore affronter la critique des médias.

Le quatrième pouvoir a aussi sa place dans le Salon bleu lors du PEQ. En effet, l'équipe des journalistes produira deux journaux distincts chaque jour ainsi que des reportages radiophoniques et télévisuels, qui alimenteront les débats tout au long de la simulation.

Valorisation des mécanisme parlementaires

Cette simulation offre aux participants un condensé de la vie politique québécoise. C’est une expérience enrichissante qui permet aux jeunes d’explorer en profondeur les rouages de la vie politique québécoise. C’est une valorisation des mécanismes parlementaires.

Selon Elizabeth Normandeau, présidente du conseil d'administration de l'Assemblée parlementaire des étudiants du Québec, l'organisme derrière cette initiative. Il s'agirait d'une expérience éducative sans pareille, qui permet aux étudiants, autant chez les parlementaires que chez les journalistes, de se surpasser.

Depuis plus 30 ans, quelque 2 000 jeunes ont expérimenté les rouages du système parlementaire québécois. Certains d'entre eux ont été députés par la suite ou le sont actuellement. D'autres sont devenus de réputés journalistes.

Les participants de cette simulation viennent de toutes les régions du Québec et de différents établissements scolaires.

Pour suivre l'actualité des travaux de l'Assemblée nationale au début du mois de janvier, on peut cliquer sur le mot-clic #PEQ2018, sur Twitter. Les articles et les productions des participants seront aussi disponibles sur le blogue du caucus des journalistes

Le Parlement étudiant du Québec se tiendra du 2 au 6 janvier.

(Source: l'Assemblée nationale)  


Puisqu'il faut se lever

avec Paul Arcand

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.