nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

La fin de l'ALÉNA affecterait 12 États ayant voté pour Trump

La fin de l'ALÉNA affecterait 12 États ayant voté pour Trump
Photo: archives AP

Donald Trump lors de la campagne électorale présidentielle américaine, en juin 2016.

MÉXICO - De nouvelles prévisions du plus grand lobby d'affaires des États-Unis soutiennent que les 12 États qui seraient les plus gravement affectés par l'abolition de l'Accord de libre-échange nord-américain ont tous voté pour Donald Trump en 2016.

La Chambre de commerce des États-Unis redouble d'efforts pour sauver l'ALÉNA alors que les menaces d'un retrait des États-Unis se font de plus en plus fortes.

Les nouvelles prévisions de l'organisation s'intéressent aux États qui exportent le plus, en dollars ou en pourcentage de leurs exportations totales, vers le Canada et le Mexique.

Les 12 premiers États du palmarès ont tous été remportés par Donald Trump lors de l'élection présidentielle: Michigan, Wisconsin, Dakota du Nord, Texas, Missouri, Ohio, Iowa, Indiana, Arizona, Nebraska, Pennsylvanie et Caroline du Nord. Ces États ont fourni au président plus de la moitié de ses voix au collège électoral.

La présente ronde de négociations, qui se déroule à Mexico, devrait faire figure de pause entre deux tempêtes. Les trois pays ont tous déposé leurs exigences sur les principaux enjeux, mais ils demeurent encore bien loin de révéler les limites de ce qu'ils sont prêts à accepter.

Les représentants de chaque partie ont tenu à tempérer les attentes face aux négociations de cette semaine. Les élus responsables du dossier pour les trois pays ne se sont pas déplacés pour assister aux pourparlers et selon les responsables canadiens, on ne s'attend pas à ce qu'il y ait du progrès dans les dossiers les plus controversés.  


Puisqu'il faut se lever

avec Paul Arcand

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.