nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars ic more vert 36px cloud download 95like 2 phone 2
  • Accueil
  • Les usagers passeraient leurs frustrations sur les chauffeurs

Les usagers passeraient leurs frustrations sur les chauffeurs

Les usagers passeraient leurs frustrations sur les chauffeurs Cogeco Media

Les chauffeurs d'autobus et opérateurs de métro de la Société de transport de Montréal (STM) ont voté, jeudi, à 99 pour cent en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'au déclenchement d'une grève générale illimitée.

Le Syndicat des chauffeurs d'autobus, des opérateurs de métro et employés de services connexes, affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), a tenu deux assemblées, l'une à 10 h et l'autre à 19 h, afin d'obtenir un mandat de ses quelque 4500 membres lui permettant de déclencher une grève au moment jugé opportun.

L'invitation encourageait les syndiqués à donner un «mandat fort pour appuyer le comité de négociation» dans les rencontres sur le renouvellement de la convention collective échue depuis janvier.

Selon un communiqué de presse publié jeudi soir par le Syndicat, le principal sujet de discorde entre l'employeur et les syndiqués est le temps alloué aux chauffeurs pour effectuer un trajet d'autobus.

Toujours dans le communiqué, Renato Carlone, le président du Syndicat, soutient que les circuits élaborés par la STM sont «complètement irréalistes».

«Ces déplacements mal planifiés stressent les passagers qui passent leurs frustrations sur les chauffeurs», déplore M. Carlone, ajoutant que cette «mauvaise planification» crée de «sérieux problèmes de santé et sécurité au travail».

D'après le Syndicat, les autres dossiers sur lesquels les parties patronale et syndicale n'arrivent pas à s'entendre sont la gestion des employés malades, la planification du transport adapté et une iniquité relativement au régime de retraite.

La direction de la STM a indiqué par voie de communiqué prendre acte de la décision de ses employés.

L'organisme public a voulu rassurer ses usagers en soutenant qu'un préavis de sept jours ouvrables doit lui être fourni avant le début d'un arrêt de travail de la part des employés concernés.

Le Tribunal administratif du travail devra se prononcer sur les moyens de pression envisagés par les chauffeurs d'autobus, opérateurs de métro et employés des services connexes.

Plus tôt jeudi, le Tribunal avait approuvé la liste des services essentiels prévus durant les moyens de pression des 2400 employés d'entretien de la STM, représentés par le Syndicat de transport de Montréal.

Les employés d'entretien refuseront d'effectuer des heures supplémentaires toute la semaine prochaine, à moins d'un revirement d'ici là dans leurs négociations avec la partie patronale.

En direct de 15:00 à 18:30
1532
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.