nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Manifs: Ali Khamenei accuse les «ennemis de l'Iran»

Manifs: Ali Khamenei accuse les «ennemis de l'Iran»
Photo: l'Office du guide suprême de l'Iran via AP

Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei

TÉHÉRAN, Iran - Le guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a mis les manifestations qui secouent le pays sur le compte des «ennemis» de la république islamique, mardi, alors que la télévision d'État a rapporté que des affrontements survenus dans la nuit de lundi à mardi entre manifestants et forces de sécurité avaient fait neuf morts.

La récente vague de manifestations, la plus importante à avoir frappé l'Iran depuis l'élection présidentielle de 2009, en est à sa sixième journée et a causé au moins 21 décès jusqu'à présent. 

Les manifestations ont commencé jeudi à Mechhed en raison de la faiblesse de l'économie iranienne et de la hausse des prix des aliments. Elles se sont depuis répandues à plusieurs autres villes, certains contestataires scandant même des slogans contre le gouvernement et le guide suprême.

Des centaines de personnes ont été arrêtées et un juge important a indiqué, mardi, que certains des prisonniers pourraient faire face à la peine de mort.

Dans un message publié sur son site web mardi, Ali Khamenei a paru reprocher aux nations étrangères d'avoir exacerbé le soulèvement qui ébranle le pays, soutenant que les «ennemis de l'Iran» avaient eu recours à divers moyens pour «créer des problèmes» au sein de la république islamique. 

Les dirigeants iraniens ont souvent accusé les États-Unis, Israël et le Royaume-Uni de vouloir renverser leur gouvernement religieux.

Le président Hassan Rohani a pris note du ressentiment de la population par rapport aux problèmes économiques de l'Iran. La signature en 2015 de l'entente sur le programme nucléaire iranien a certes permis d'améliorer la situation, mais l'Iranien moyen n'a malheureusement pas profité de ces progrès.

M. Rohani a toutefois prévenu que le gouvernement n'hésiterait pas à sévir contre les contestataires qui enfreignent la loi. Aucune des récentes manifestations n'ayant reçu l'autorisation préalable du ministère de l'Intérieur, elles sont toutes considérées comme étant illégales.    


Puisqu'il faut se lever

avec Paul Arcand

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.