nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Le jeu vidéo peut être utile en enseignement, mais avec des limites importantes

Le jeu vidéo peut être utile en enseignement, mais avec des limites importantes

Peut-on favoriser l'apprentissage par les jeux vidéo?

il y a 3 mois

MONTRÉAL — Une vingtaine de jeunes sont assis devant un ordinateur et jouent à un jeu vidéo, une scène qui n'aurait rien de bien étonnant si ces jeunes n'étaient pas en classe, un mardi avant-midi, au collège Brébeuf de Montréal.

Ils sont dans la peau d'un personnage du jeu Assassin's Creed et parcourent différents endroits autour d'Alexandrie à l'époque de l'Égypte antique et reçoivent, durant leur exploration, toutes sortes d'explications sur cet environnement qui feront l'objet d'une évaluation à l'issue de la tournée.

Ces jeunes participent à une étude dont les premiers résultats ont été rendus publics mardi et qui démontrent que si le jeu vidéo peut avoir une utilité pédagogique, il a ses limites et n'est pas près de remplacer les enseignants.

C'est là la principale conclusion à laquelle en arrive une équipe de chercheurs dirigée par le professeur en didactique Marc-André Éthier, de la faculté des sciences de l'éducation à l'Université de Montréal.

«Dans le même temps, la même présentation, le professeur a plus d'efficacité parce qu'il peut pointer davantage les choses à voir et il est en rapport avec les élèves aussi, s'il y a des questions», a expliqué le chercheur aux membres de la presse convoqués à l'institution d'enseignement pour la présentation de ses résultats préliminaires.

Le professeur Éthier a utilisé une nouvelle production de la compagnie Ubisoft, soit une série de 75 tours guidés d'Alexandrie à l'époque de l'Égypte antique réalisés avec la recherche qui a servi à créer l'environnement de sa dernière mouture du jeu Assassin's Creed, Origins, lancée en octobre dernier, pour mener ses travaux.

Près de 300 élèves de niveau secondaire, soit des groupes de 40 dans huit écoles, ont été divisés en deux pour comparer les résultats d'apprentissage d'un groupe suivant des tours audioguidés du jeu vidéo et ceux d'un groupe voyant la même matière avec un professeur utilisant des images fixes tirées de la même présentation.

Impact positif, mais un écart significatif

Les élèves des deux groupes avaient une note moyenne de 22 pour cent avant la formation et les étudiants ayant été formés par le professeur ont vu leur note passer à 55 pour cent après la formation, comparativement à une note moyenne de 41 pour cent pour ceux qui avaient été formés par le jeu vidéo.

Selon le professeur Éthier, il est donc clair que le jeu vidéo a bel et bien eu un impact positif sur l'apprentissage des élèves, mais que l'apprentissage avec un professeur donne un résultat significativement supérieur.

«Les enseignants n'ont pas à craindre de perdre leur emploi avec ça, pas du tout!», s'est-il exclamé à l'issue de la formation avec les étudiants.

Le chercheur croit par ailleurs qu'une approche hybride mariant le jeu vidéo et l'apprentissage traditionnel avec un enseignant permettrait d'améliorer encore davantage l'apprentissage, mais les paramètres de sa recherche, dont il n'a pas encore terminé de compiler les résultats et l'analyse, ne permettaient pas d'évaluer une telle approche «hybride».

«Le prof avec le jeu pourrait faire des choses qu'il ne peut pas faire sans cela, explique le chercheur; il peut montrer des images beaucoup plus claires de ce qu'était Alexandrie qui a été recréée par des égyptologues, donc des gens qui s'y connaissent bien. C'est un outil de plus dans la besace de l'enseignant.»

Samuel Zuquim, étudiant de secondaire III, reconnaît que c'est «beaucoup plus amusant d'utiliser le jeu», mais s'est montré réaliste tout en démontrant que les jeunes ne sont pas bêtes lorsque vient le temps de se préparer pour examen.

«Avec un prof (...) tu sais exactement qu'est-ce qu'il va y avoir dans un test. Dans le jeu, tu as beaucoup plus d'extras et tu n'es pas certain si ça va être dans le test et si tu dois te souvenir de ces détails», raconte le perspicace adolescent, reconnaissant à son tour qu'avec l'enseignant, il est possible de poser des questions.

 

Musique

En direct de 03:00 à 07:00

1706
100

Musique
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.