nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Bertrand Charest va demeurer incarcéré

Bertrand Charest va demeurer incarcéré

Bertrand Charest (Photo fournie)

Une dame de 88 ans perd la vie dans un incendie | Bertrand Charest demeure détenu 

il y a un mois

L'ex-entraîneur de ski Bertrand Charest va demeurer détenu. La cour a refusé de le remettre en liberté en attendant l'audition de son dossier en Cour d'appel.

Il souhaitait passer le temps des Fêtes auprès de ses enfants dans une maison de Mont-Tremblant.

L'homme de 52 ans a été condamné à 12 ans de prison après avoir été reconnu coupable de crimes sexuels sur neuf athlètes âgées entre 12 et 18 ans, alors qu'il était en position d'autorité, dans les années 1990.

Le juge Martin Vauclair a entendu la demande de Bertrand Charest jeudi matin à Montréal et il a fait connaître son refus, lundi, en fin d'après-midi. Dans sa décision, le juge Vauclair rappelle que si le jugement sur la peine précise que le risque de récidive de Charest est faible, ses déclarations à divers spécialistes ayant préparé des rapports après sa condamnation « illustrent son incompréhension évidente de la situation et des conséquences de ses crimes » sur ses victimes.

L'ancien entraîneur de l'équipe canadienne junior de ski alpin féminine est incarcéré depuis son arrestation, le 11 mars 2015.

À ce sujet, le juge Vauclair rappelle que sa remise en liberté avait été refusée par un juge de la Cour du Québec en mars 2015, ainsi que par la juge de la Cour supérieure qui avait révisé la décision.

« Je constate l'absence de changement de circonstances qui permettrait de les (jugements antérieurs) nuancer aujourd'hui de façon plus favorable et l'appelant (Charest) ne m'en pointe aucun », écrit le juge Vauclair.

En fait, deux changements de circonstances se sont produits, poursuit le magistrat. Le premier: l'appelant est maintenant déclaré coupable, de sorte que la présomption d'innocence ne s'applique plus. Le second: la peine à purger est maintenant connue et elle est « importante », indique-t-il.

Pas de risque de fuite

Charest soutenait avoir de solides motifs d'appel du jugement sur sa culpabilité et affirmait qu'il ne présente aucun risque de fuite, étant prêt à fournir une importante caution de 50 000 $ et offrant de respecter de nombreuses conditions durant sa remise en liberté.

Mais le juge Vauclair est d'avis que même si certaines accusations tombent en appel, Charest devra néanmoins purger une peine de prison.

 

 


Puisqu'il faut se lever

avec Paul Arcand

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.