nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Inconduite sexuelle: le député Yves St-Denis se retire du caucus libéral

Inconduite sexuelle: le député Yves St-Denis se retire du caucus libéral
Photo tirée de Facebook

Le député Yves St-Denis

Inconduite sexuelle: le député Yves St-Denis se retire du caucus libéral. Louis Lacroix et la sexologue Sylvie Lavallée sont avec nous.

il y a 3 mois

Le député d’Argenteuil, Yves St-Denis, se retire du caucus libéral.

il y a 3 mois

Le député d’Argenteuil, Yves St-Denis, se retire du caucus du Parti libéral du Québec. Il va siéger comme indépendant durant une enquête à son sujet.

Louis Lacroix, le chef du bureau politique de Cogeco Nouvelles, a partagé ce matin l'information qu'il détenait comme quoi Yves St-Denis est présentement sous enquête par le Parti libéral du Québec (PLQ) et l'Assemblée nationale après avoir envoyé des photos sexuellement explicites à une employée du PLQ, tout juste avant l’élection de 2014.

On a informé en haut lieu M. St-Denis que s'il ne quittait pas de lui-même, il aurait été chassé du parti libéral à l'occasion de la rencontre quotidienne des députés libéraux qui débute à 13 heures au parlement.

Choquée par le comportement d'Yves St-Denis

L’envoi de la photo aurait eu lieu en marge d’une conférence téléphonique qu’avait tenu Philippe Couillard avec les candidats de la région des Laurentides, quelques semaines avant le scrutin du 7 avril 2014. Yves St-Denis était alors candidat pour la première fois dans le comté d’Argenteuil.

Une femme qui participait à la conférence explique avoir été choquée par le comportement de l'homme de 54 ans, le lendemain lors d'un appel téléphonique.

«Il m'avait appelée pour me parler de la campagne», se souvient la femme qui ne souhaite pas être identifiée. Les propos d'Yves St-Denis ont cependant vite glissé pour devenir grivois. Il lui avait alors demandé : 

-As-tu entendu des drôles de bruits sur l'appel, hier?

-Ben non, pourquoi tu dis ça?

·J'ai oublié de mettre [mon appareil] sur « mute » et j'étais très occupé.

« Et c'est là que j'ai reçu la photo sur mon téléphone, indique notre informatrice. Il m'avait envoyé une photo de lui, comme si c'est lui qui la prend. Il est assis et il y a une jeune femme devant lui en train de lui faire une job ».

Le député confirme

La femme admet cependant qu'elle ne peut être certaine qu'il s'agit bel et bien de M. St-Denis sur la photo. « En fait, on ne voit pas son visage, explique-t-elle. Il est assis et moi je voyais quelqu'un qui est comme à genoux, penché. La personne porte une petite camisole et une petite culotte délicate ».

Interrogé à ce sujet Yves St-Denis, maintenant député, ne nie pas l'existence du cliché. Mais il soutient qu'il s'agissait d'une blague et que ce n'est pas lui qui est sur la photo.

« C'est une photo que j'ai prise sur ma télévision. Il y avait un film porno et j'ai simplement pris une photo avec mon téléphone, explique-t-il. On est à l'ère ou tout le monde s'échange des photos de toutes sortes. Je ne suis pas différent des autres », plaide le député en ajoutant que son interlocutrice était consentante.

Mais à l'autre bout du fil, la femme ne l'a pas trouvé drôle. « Ça ne s'envoie pas ce genre de photo-là », dit-elle convaincue qu'il s'agissait bel et bien du député St-Denis sur le cliché. 

Même s'il reconnaît le geste, le député doute avoir causé un malaise. «Ce n'est pas le genre de personne qui est mal à l'aise cette dame-là. Au contraire, on avait des échanges très crus, sur n'importe quoi», assure le député.

«Je ne me suis pas sentie comme une victime, mais je l'ai trouvé vraiment cave», raconte notre interlocutrice.

Deux enquêtes du Parti libéral

Le comportement du député St-Denis est à ce point inquiétant que le Parti libéral a reporté son investiture, prévue pour le 29 avril, le temps de faire des vérifications auprès des employés du parti et de citoyens de la région des Laurentides.

De plus, l'Assemblée nationale mène aussi une vérification parallèle en vertu de sa politique sur le harcèlement, après qu'une plainte ait été logée au bureau de la whip libérale, Nicole Ménard.

Selon nos informations, les enquêtes se penchent non seulement sur l'envoi de photos sexuellement explicites, mais aussi le comportement du député à l'égard des employés du gouvernement. Au moins deux femmes soutiennent avoir été victimes des accès de colère du député d'Argenteuil. L'une d'elles affirme même avoir coupé tous ses liens directs avec lui, à la suite d'une conversation qui a mal tourné.

« Il y a plusieurs mois, il m'a hurlé après au téléphone. Mais je ne suis pas du genre à m'en laisser imposer et je lui ai dit : à l'avenir, si tu veux me parler, tu vas passer par la ministre », raconte la femme.

Une source au Parti libéral nous indique que la présence d'Yves St-Denis rend difficile le recrutement de candidats dans cette région. « Une candidate que nous avons approchée ne veut pas se présenter tant qu'il est là », nous a-t-on confié.

M. St-Denis se défend d'abuser de son autorité, bien qu'il reconnaisse parfois utiliser un ton direct. « Oui, des fois ça sort carré avec mon staff. Mais le lendemain, elles sont heureuses parce qu'elles savent sur quel pied danser », dit-il pour expliquer son comportement.

«J'ai plus l'impression que c'est une machination» -Yves St-Denis

Le député d'Argenteuil s'explique mal que ces informations surviennent à quelques mois des élections générales. Il dit être victime d'un coup monté, sans pour autant pouvoir identifier qui en seraient les auteurs.

«Je me questionne sur leurs motivations réelles. J'ai plus l'impression que c'est une machination et que je suis le premier d'une longue série de manœuvres aussi dégradantes que celles-là, à l'aube de la campagne électorale», conclut le député Yves St-Denis. 

Le Québec maintenant - été 2018

En direct de 15:00 à 18:30

1765
100

Le Québec maintenant - été 2018

avec Marie-Claude Lavallée

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.