Affiche - www.lalaland.movie
LOS ANGELES - «Pour l'Amour d'Hollywood» («La La Land»), a remporté les honneurs dans les sept catégories qu'il était en lice, à la cérémonie des Golden Globes Award, dimanche.

Le film de Damien Chanzelle a gagné le prix du meilleur film dans la catégorie musical ou comédie.

Le Canadien Ryan Gosling, qui joue le pianiste de jazz dans ce long-métrage, a été choisi meilleur acteur dans un film musical ou une comédie.

Sa collègue Emma Stone, a été choisie meilleure actrice dans la même catégorie.

«Pour l'Amour d'Hollywood» a aussi remporté les statuettes remises au meilleur scénario, à la meilleure musique, à la meilleure chanson et au meilleur réalisateur.

C'est le film "Moonlight", du réalisateur Barry Jenkins, qui a remporté le prix du meilleur film dramatique.

Ce long-métrage raconte le passage à l'âge adulte d'un jeune homme dans un quartier malfamé de Miami.

Le lauréat du Golden Globe Award pour le meilleur film en langue étrangère est le film français «Elle».

Il met en vedette Isabelle Huppert, à la tête d'une entreprise de jeux vidéo à succès, dont la vie prend des virages étranges. L'actrice française a d'ailleurs gagné le trophée de la meilleure actrice dans un film dramatique.

Casey Affleck a été choisi meilleur acteur dans un film dramatique pour sa performance d'un père en deuil dans «Manchester by the Sea».

Les regards étaient également tournés vers la grande actrice oscarisée à maintes reprises, Meryl Streep, qui a reçu le prix Cecil B. DeMille décerné pour l'ensemble de sa carrière.

Meryl Streep a lancé quelques flèches vers Donald Trump lorsqu'elle a accepté son prix.

Lors de son discours, l'actrice a critiqué à plusieurs reprises le président élu et ses attaques ciblant divers groupes, y compris les étrangers et les journalistes. Les remarques de l'actrice sont devenues un sujet de tendances sur Twitter.

Elle a dit qu'elle était mortifiée lorsque pendant la campagne présidentielle, Donald Trump s'est moqué d'un journaliste handicapé du New York Times.

La gagnante du prix Cecil B. DeMille a appelé les Américains à soutenir la liberté de presse.

L'actrice a aussi pris la défense des étrangers en disant: «Hollywood est remplie d'étrangers, donc si vous les expulsez tous, vous n'aurez rien d'autre à regarder que le football et les arts martiaux mixtes».

Un an après qu'on eut reproché à Hollywood son manque de reconnaissance envers la diversité culturelle dans le monde du cinéma, la communauté noire a pu savourer un début de revanche, du moins sur le plan des séries télévisuelles.

Deux productions télévisuelles se déroulant au sein de familles afro-américaines se sont fait remarquer en s'adjugeant les prix les plus prestigieux dans le domaine des séries musicales ou comiques. Le prix pour la meilleure série dans ce domaine a été décerné à «Atlanta», qui se déroule dans le milieu du rap de la métropole de la Géorgie. Quant au prix remis à la meilleure actrice dans cette catégorie, il a été attribué à Tracee Ellis-Ross, de la série Black-ish.

Viola Davis l'a aussi emporté, dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle au cinéma.

La cérémonie, organisée par l'association hollywoodienne de la presse étrangère, était animée par Jimmy Fallon, la première fois en près de 10 ans que l'animation n'est pas confiée à Ricky Gervais ou au duo Tina Fey-Amy Poehler.

Fallon a rendu hommage à «Pour l'Amour d'Hollywood» dans le numéro d'ouverture préenregistré en parodiant la scène où un personnage se met à danser au milieu d'un embouteillage. Plusieurs vedettes sont apparues dans ce numéro dont Raimi Malek et John Travolta.

Il a fait allusion à la victoire de Donald Trump à la dernière élection présidentielle américaine en lançant «les Golden Globes sont un des rares endroits où on honore encore le vote populaire».

La première statuette de la soirée a été remise à Aaron Taylor-Johnson qui a remporté la catégorie meilleur acteur dans un second rôle. Il jouait dans le film «Nocturnal Animals».

La série relatant les coulisses du procès contre O.J. Simpson a obtenu le Golden Globe pour la meilleure mini-série. Peu de temps auparavant, une de ses actrices principales, Sarah Paulson, avait été récompensée.