AP Photo/Francois Mori, archives
(98,5 FM) - Peu de journalistes ou d'animateurs ont eu l'occasion au Québec d'interviewer le chanteur George Michael décédé le jour de Noël l'âge de 53 ans.
On en parle en ondes :

C’est pourtant le cas de Sonia Benezra qui a rencontré le Britannique en 1998. Mme Benezra a témoigné de son expérience avec l’animatrice Catherine Gaudreault à l’émission Dutrizac.

Selon Sonia Benezra, Georges Michael voulait être reconnu comme un artiste sérieux et non pas seulement comme une pop-star ou un sexe-symbole.

«Éventuellement on a tous reconnu ce grand talent, a-t-elle dit. Lors de ma rencontre, je me suis rendu compte que c’était une personne torturée, qui luttait beaucoup avec lui-même.»

Benezra a rencontré George Michael quelque temps après un incident en Californie qui avait mené à son arrestation.

«Il a été obligé de parler publiquement de son homosexualité, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant, a rappelé Sonia Benezra. C’était une rencontre délicate et je me suis rendu compte qu’il était méfiant. J’ai beaucoup de respect pour cet homme que je trouvais très triste.»

L’animatrice estime que cette question de l’homosexualité a été une bataille intérieure depuis l’enfance pour le chanteur.

«Il a dit que son enfance n’avait rien à voir avec La petite maison dans la prairie, a expliqué Benezra. Il n’a pas eu beaucoup d’affection, il n’a pas reçu de compliments. Il ne savait pas montrer beaucoup d’affection, mais il était très, très sensible.»

Malgré toute l’expérience qu’elle avait, Sonia Benezra a réalisé que l’entrevue ne serait pas facile à mener étant donné la méfiance de Michael. Il venait quelques de révéler publiquement son homosexualité dans une entrevue à CNN

«Je pense qu’il n’a jamais été à l’aise avec son homosexualité, estime-t-elle. Il était torturé avec ça.»

Toute sa vie, il a d’ailleurs eu à combattre la dépression. Michael a toujours trouvé difficile son statut de méga-star, particulièrement au moment où il faisait la découverte de son identité.

«Quand on vous dit que vous êtes l’idole des jeunes filles, comment peut-on sortir et dire, oui, mais moi j’aime les garçons, explique Benezra. Venant d’un milieu grec-orthodoxe, ç’a été très difficile pour lui d’accepter son homosexualité.»

Lorsqu’elle parle de son héritage artistique, Sonia Benezra affirme que George Michael a été innovateur dans la création de ses vidéo-clips.

«C’était tellement artistique ce qu’il nous offrait, dit-elle. C’était vraiment différent.»

En plus de combattre ses propres démons, Michael s’est battu contre Sony, sa maison de disques, bataille légale qu’il a perdue. Il a finalement pu mettre un terme définitif à sa relation avec le géant du divertissement.

«Plus tard dans sa vie, quand il a sorti des nouvelles chansons, il refusait de vendre ses albums, raconte Benezra. Il voulait rendre sa musique gratuite en échange pour des dons vers des œuvres de charité. Il a vendu plus de 100 millions de disques dans sa carrière.