PC
(98,5 FM) - Au lendemain de la première rencontre officielle entre Donald Trump et Justin Trudeau à la Maison-Blanche, bon nombre de citoyens des deux pays et observateurs de la chose politique estiment que le premier ministre canadien a utilisé la bonne stratégie.
On en parle en ondes :

Lundi, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’est rendu à Washington afin d’y rencontrer pour la première fois le 45e président américain, Donald Trump. Accompagné de plusieurs de ses ministres, Justin Trudeau a participé à une série de rencontres durant la journée et les deux chefs d’État se sont prêtés à un point de presse et ont répondu aux questions des journalistes.

Durant leurs allocutions, de nombreux citoyens américains ont exprimé via les médias sociaux leur admiration envers Justin Trudeau qui pouvait s’exprimer de façon éloquente dans les deux langues, soit le français et l’anglais.

Plusieurs ont noté la grande différence qu’il y avait entre Trudeau et Trump en ce qui concerne la pertinence de leurs propos. Trudeau était généralement louangé pour son éloquence alors que Trump était ridiculisé pour ses propos généraux du type : «Tout est parfait, on fait de l’excellent travail, on va supprimer les problèmes de drogues et on est en train de sortir toutes les mauvaises personnes de ce pays.»

«Donald Trump avait l’air sur les valiums. Il était très tranquille, très scripté. Toute la journée, il a lu les déclarations que son personnel lui a sûrement demandées. Tout s’est très bien déroulé. Ce n’était pas l’amour fou, mais c’était certainement plus qu’un sommet tiède. Mission accomplie pour le premier ministre du Canada qui a habilement tiré son épingle du jeu», a affirmé Charles-Philippe David, professeur au Département de sciences politiques à l’UQAM et président de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Le professeur David note que le travaiol effectué en amont de cette rencontre a été fait de façon brillante.

«Le travail préparatoire a brillament réussi et Trudeau a récolté un fruit mûr hier avec cette indulgence très peu commune chez Donald Trump... d'être gentil envers un pays dans le monde. On ne peut pas dire que jusqu'à maintenant les chefs étrangers ont pu bénéficier des sympathies de Donald Trump. Le Japon et le Canada ont réussi à amadouer le président américain.»